2
Les Primaires citoyennes de la Gauche. Un événement que j’ai balayé d’un revers de main, maugréant à qui voulait l’entendre que rien ne saurait attirer ma bienveillance au sein de cet aréopage au nom décidément trop obséquieux : la Belle Alliance Populaire. Je n’ai pour seul souvenir que les facéties de l’histrion Bennahmias, reprises par des Internets jamais avares de bons mots. Vous imaginez donc bien que choisir un(e) candidat(e) d’un bord politique dans lequel je ne me reconnaissais aucunement (pas plus que je ne me reconnaissais à droite, au grand dam de l’opinion qui se borne à placer les […]

J’aurais pu aller voter à la primaire de la gauche.


Rouge. Comme les mots « libre » et « opprimés » qui brillaient par leur force Place de la République : « Personne n’est libre quand d’autres sont opprimés. » Rouge, couleur ambigüe qui traduit aussi bien l’amour que la colère, et qui seyait à ravir à la marée humaine à laquelle j’ai pris part. Tout comme cette lettre que j’aurais aimé pouvoir adresser à mon Moi de 16 ans, j’aurais aimé pouvoir dire à mon moi du passé que rien n’est immuable et qu’il ira, un beau jour de juin, battre le pavé avec la femme qu’il aime pour défendre une cause qui […]

Marche pour la fermeture des abattoirs : première manif…


« Je suis flexitarien ». Vous avez peut-être, au détour d’une palabre, entendu cet adjectif aussi abscons qu’inepte. Le flexitarisme est le néologisme de l’absurde : c’est une négation de l’éthique de conviction au profit d’un égoïsme vaniteux qui se pare des apparats de la raison. Le flexitarien est, je cite, « un végétarien qui mange occasionnellement de la viande » ; l’énoncé est d’une incongruité rare, comme si Monsanto vendait occasionnellement des semences bio. Non-content d’être l’enfant maudit de ce paradoxe, le flexitarien est l’inclusion méphitique de toute une frange de la population qui se ravit d’être ainsi qualifiée : le flexitarisme ne […]

Diatribe contre le « flexitarisme »



1
« C’est un fait social […] nous mangeons de la viande parce que les individus, dans leur immense majorité, en consomment. » J’aime la viande. J’aime son fumet, le crépitement de sa cuisson, toute la fantasmagorie qui enveloppe dans un écrin d’authenticité la substantifique moelle de ce qu’on appelle un « produit du terroir ». On est conditionné, dès le plus jeune âge, à consommer cette chair réputée indispensable à la santé : on nous vante ses apports en fer, en protéines… Pour les petits hommes, on leur dit que ça rend costaud, que c’est consubstantiel à l’image de vrai mec que tout homme […]

Comment le « viandard » est devenu végane.


1
Le titre de ce billet fera sourire les plus fins connaisseurs des bons mots de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, le « diable boiteux ». Toujours est-il que le poids des années n’a rien enlevé à la superbe de cette phrase qui, à l’instar des plus belles saillies de Benjamin Constant sur l’intérêt des politiques à se maintenir dans l’exercice de leur fonction, reste cruellement actuelle. Il me paraît bien inutile de rappeler les méfaits établis ou présumés de nos augustes candidats à la plus haute fonction de l’État : je n’ai d’yeux que pour celles et ceux qui, épris d’une dissonance cognitive d’une […]

La politique, l’art d’agiter le peuple avant de s’en servir…


4
« La montagne n’est pas une réserve d’indigènes pour bobos parisiens », « Ferme ta gueule. Moi, je parle à tout le monde. Tu n’y connais rien. Tu ne connais que les bobos ! », « Je ne les supporte plus. Cette chaîne de bobos horribles… » (à propos de Canal+). Il y a quelques jours, la blogueuse Klaire répondait avec maestria aux anathèmes prononcés par nos politiques à l’égard de celui qui est désigné comme l’ennemi à abattre : le bobo. On connaît la célèbre tirade de Nietzsche : « Le diable est dans les détails ». Derrière ce mot, d’innombrables clichés : le bobo est ce […]

Le bobo, l’ennemi à abattre.



Mon cher Natroll, Tu seras peut-être stupéfait en lisant ces quelques mots et tu te demanderas qui est ce curieux « Natroll ». Tu as 16 ans, et tu ne t’approprieras ce pseudonyme que d’ici deux ans, lorsque tu daigneras enfin t’inscrire sur Facebook, légère soumission à ce conformisme que tu abhorres tant. Tu auras néanmoins l’éclatante idée de te jouer des lettres et des mots en adoptant ce nom et il te suivra bien plus que tu ne l’oseras l’imaginer. En ce moment, tu dois probablement passer tes journées à te rendre au lycée sans réel entrain mais dans la droite […]

Lettre à Natroll, 16 ans.


2
Monsieur le sénateur, Paul Éluard disait : « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. » Force est de constater qu’il se pourrait bien que vous fussiez aller ripailler à plein ventre avec Monsieur Michel Louis, directeur du zoo d’Amnéville ! Il y a, en effet, une coincïdence pour le moins troublante entre la lettre envoyée par ce dernier à votre confrère M. le député-maire d’Aix-les-Bains et votre hallali envers les « mouvements animalistes » si poliment décriés dans sa missive. Les Français vous en remercieront, Monsieur le sénateur, car cela va sans dire qu’ils sont davantage préoccupés par […]

À M. Jean-Louis Carrère, sénateur des Landes.


3
Cher Monsieur, Je me permets de vous écrire cette lettre ouverte car j’ai pris connaissance, non sans une certaine indignation, de la missive que vous avez fait parvenir à Monsieur Dominique Dord, député-maire d’Aix-les-Bains. Votre épître, qui eût gagné à être relue (soit dit en passant), contient de nombreux propos fallacieux sur lesquels j’aimerais revenir. Loin de moi l’idée de me montrer irrévérencieux à l’égard de votre personne, il apparaît néanmoins que vous semblez bien mal connaître les individus sur lesquels vous jetez l’opprobre ou pire encore, que vous faites preuve d’une mauvaise foi éhontée. Vous qualifiez — et nous […]

Lettre ouverte à M. Michel Louis, directeur du Zoo d’Amnéville.