Véganisme et antispécisme

Bréviaire d’un mangeur de fougères.


Il y a quelque chose de pourri au royaume du véganisme. Principale émanation de la philosophie antispéciste, son actuel fourvoiement conduit à une lente périclitation de ses soubassements éthiques dans leur globalité. Là où l’antispécisme devrait apparaître comme un choix politique et s’inclure dans une démarche morale aux multiples ramifications (minimalisme, zéro déchet…), la dimension consumériste du mode de vie végane l’ostracise en se faisant héraut des sirènes marketing ; tout le monde apercevra sans mal les petites mains ingénues du véganisme faire (gratuitement ou non) la promotion de produits véganes sur leurs réseaux sociaux favoris : à grand renfort […]

Le véganisme consumériste est un problème.


3
En dehors des nombreuses vindictes et autres goguenardises dont nous sommes les cibles dès lors que notre philosophie de vie est mentionnée, force est de constater que les esprits les plus curieux se posent toujours de très nombreuses questions (ou alors, par effet de rhétorique, tentent de nous mettre face à de prétendues contradictions). Afin de répondre à ces sollicitations, légitimes ou saugrenues, vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive de questions auxquelles nous répondons inextinguiblement. 1. La viande, admettons. Mais pourquoi le lait, les oeufs, le miel, la laine, le cuir, tout ça… ? C’est extrême ! 2. T’en […]

Le véganisme en 15 questions.


1
Le Monde titre encore en ce 20 juillet 2017 « Depuis 1950, l’Homme a fabriqué plus de 8,5 milliards de tonnes de plastiques ». Il faut dire que les ravages du consumérisme poussent l’humain à rivaliser d’ingéniosité lorsqu’il s’agit de repousser les limites de l’absurde, au point de recouvrir certains fruits d’une peau composée de polymères, comme s’il ignorait que Mère Nature l’en avait déjà doté. Le sur-emballage, fléau sur lequel on jette l’anathème depuis trop de temps déjà, ne semble pas décroître ; atteints d’une fragilité insoupçonnée, certains connecteurs d’objets informatiques ont semble-t-il besoin d’un mince film plastique contenu dans un […]

Vers le zéro déchet.



Rouge. Comme les mots « libre » et « opprimés » qui brillaient par leur force Place de la République : « Personne n’est libre quand d’autres sont opprimés. » Rouge, couleur ambigüe qui traduit aussi bien l’amour que la colère, et qui seyait à ravir à la marée humaine à laquelle j’ai pris part. Tout comme cette lettre que j’aurais aimé pouvoir adresser à mon Moi de 16 ans, j’aurais aimé pouvoir dire à mon moi du passé que rien n’est immuable et qu’il ira, un beau jour de juin, battre le pavé avec la femme qu’il aime pour défendre une cause qui […]

Marche pour la fermeture des abattoirs : première manif…


1
« C’est un fait social […] nous mangeons de la viande parce que les individus, dans leur immense majorité, en consomment. » J’aime la viande. J’aime son fumet, le crépitement de sa cuisson, toute la fantasmagorie qui enveloppe dans un écrin d’authenticité la substantifique moelle de ce qu’on appelle un « produit du terroir ». On est conditionné, dès le plus jeune âge, à consommer cette chair réputée indispensable à la santé : on nous vante ses apports en fer, en protéines… Pour les petits hommes, on leur dit que ça rend costaud, que c’est consubstantiel à l’image de vrai mec que tout homme […]

Comment le « viandard » est devenu végane et antispéciste.