And who am I ?


about

Avant-propos

Un blog, oui, le blog d’un bobo qui se livre sur des nombreux sujets tout en mettant un point d’honneur à utiliser des mots sibyllins et des expressions désuètes. Quand on est jeune et innocent, on écrit de la logorrhée (rarement compréhensible) sur Facebook. Quand on est moins jeune, on écrit sur un blog pour partager, débattre, échanger.

À propos de l’auteur

ProfileDonc, que dire ? Sébastien Natroll, 27 ans. Le jour, je suis administrateur systèmes et réseaux non loin de la capitale. La nuit, je suis blogueur. Je mêle la sagesse et le verbe fleuri à l’acrimonie et l’insanité. Horace nous disait : « Mêle à la sagesse un grain de folie ; il est bon quelquefois d’oublier la sagesse. »
Je me qualifie sans honte de bobo et j’assume pleinement mon vif intérêt pour la philosophie politique, mes opinions antispécistes et mon goût prononcé pour les cravates proprement nouées (nœud Windsor, s’il vous plaît).

Pour me décrire rapidement, je dirais que je suis passé (au fil de mes nombreuses lectures) d’un motto #BoboMaisPasGaucho à une pensée de gauche revendiquée : loin d’être un parangon de vertu, mes écrits reflètent néanmoins la volonté d’une consommation responsable et un certain idéal de justice. Influencé par des femmes et des hommes d’horizons divers (des anarchistes comme Voltarine de Cleyre, Emma Goldman, Pierre-Joseph Proudhon aux libéraux de gauche comme John Stuart Mill et son épouse Harriet Hardy, John Rawls, Amartya Sen jusqu’aux libéraux classiques comme Adam Smith, Benjamin Constant ou encore Friedrich Hayek), j’aime me faire qualifier de socialiste chez Contrepoints. À en croire Pablo Iglesias Posse (fondateur du PSOE, qui disait : « Celui qui soutient que le socialisme est contraire au libéralisme a du socialisme une idée erronée ou méconnaît les fins poursuivies par le libéralisme. »), j’ai effectivement quelque chose de socialiste 🌹.

(Comme tout bobo gaucho qui se respecte, je bois de la manzana glacée en écoutant Manu Chao et je suis abonné à Libération)