Boire ou ne pas boire l’eau du robinet ?


Il s’agit d’un débat qui agite les passions : l’eau dite « du robinet ». Bien des Cassandre l’accusent de tous les maux quand d’autres persiflent en raison de son goût souvent jugée « chlorée ». Pendant longtemps, j’ai été consommateur d’eau embouteillée. Mon attrait pour “The Sopranos” avait fait de moi un laudateur zélé de la San Pellegrino (une eau Nestlé Waters…) et j’étais alors convaincu des bienfaits de l’eau minérale embouteillée en comparaison à l’eau de distribution, souvent décriée.

Au cours de ma transition vers un mode de vie moins nuisible à l’environnement, j’ai fini par abandonner les packs plastiqués au profit d’une eau de distribution filtrée par une marque allemande bien connue : Brita. Cette solution se présentait comme la meilleure possible : une eau filtrée qui permet d’obtenir rapidement une qualité gustative somme toute correcte. Cependant, il s’est rapidement posé la question de la gestion des déchets. Brita vend ses filtres (en plastique, lesquels sont emballés… Dans une autre couche de plastique) approximativement au tarif de 60 € la douzaine. Si le prix apparaît comme relativement peu élevé (5 € par mois, le filtre devant être changé toutes les quatre semaines), le recyclage desdits filtres reste une étape particulièrement nébuleuse. Le fabricant annonce en effet disposer d’un centre dédié au recyclage de ses produits et nous invite à rapporter les filtres usagés dans des magasins partenaires. Problème : les magasins ne sont pas légion et le nombre de kilomètres à parcourir pour ce faire infléchit rapidement la balance écologique. En outre, Brita reste très évasif sur cette opération et on ne sait pas donc pas si les filtres sont entièrement recyclables (ce qui, au vu de leur composition, est fort peu probable).

Autre écueil venant faire écorner l’image saine du filtrage Brita : les résultats issus de tests scientifiques. L’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a révélé récemment les tares qui viennent mettre à mal les bienfaits supposés des carafes filtrantes. Résultats contrastés concernant les métaux et catastrophiques sur la microbiologie (les carafes s’avèrent être de véritables nids à bactéries) s’ajoutent à la liste des éléments venant jeter le trouble dans le commerce lucratif des solutions de filtration de l’eau… L’eau embouteillée et les carafes filtrantes constituent donc deux solutions particulièrement coûteuses, tant sur le plan financier qu’environnemental.

Infographie de la consommation annuelle d'eau en bouteille

Source : Biocoop.

Toutes et tous condamné·e·s à consommer « l’eau du robinet » pour préserver au mieux l’environnement ? Il semblerait que oui et cela n’est pas plus mal. Contrairement aux idées reçues, l’eau de distribution est régulièrement contrôlée et souvent d’une qualité supérieure à celle de l’eau embouteillée car soumise à un cahier des charges beaucoup plus exigeant. Toutefois, la composition de l’eau de distribution est variable d’une ville à l’autre et certains polluants (pesticides, nitrates…) sont susceptibles en d’altérer la qualité, il convient donc de se baser sur les paramètres analytiques pour en juger la conformité. Ces informations sont évidemment librement accessibles à chacun·e : l’UFC Que Choisir a publié une carte interactive allant à l’essentiel. Le Ministère des Solidarités et de la Santé recense quant à lui les résultats des contrôles sanitaires réalisés par les Agences Régionales de Santé.

Reste le sujet clivant du « goût chloré » propre à l’eau de distribution et qui rebute bien des personnes. La blogosphère bio/écolo se convertit de plus en plus aux « perles de céramique » (une histoire de « micro-organismes efficaces »…) qui d’après les échos tiennent toutes leurs promesses. Circonspect, j’en suis encore à stocker l’eau fraîchement tirée dans une bouteille en verre : le chlore étant très volatil, le dégazage se fait naturellement en laissant l’eau quelque temps dans une bouteille ou une carafe ouverte. Un inconvénient bien dérisoire au regard du prix de l’eau (dans mon cas, 0,00384 € le litre, soit 3,84€ par m3).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Click to Insert Smiley

SmileBig SmileGrinLaughFrownBig FrownCryNeutralWinkKissRazzChicCoolAngryReally AngryConfusedQuestionThinkingPainShockYesNoLOLSillyBeautyLashesCuteShyBlushKissedIn LoveDroolGiggleSnickerHeh!SmirkWiltWeepIDKStruggleSide FrownDazedHypnotizedSweatEek!Roll EyesSarcasmDisdainSmugMoney MouthFoot in MouthShut MouthQuietShameBeat UpMeanEvil GrinGrit TeethShoutPissed OffReally PissedMad RazzDrunken RazzSickYawnSleepyDanceClapJumpHandshakeHigh FiveHug LeftHug RightKiss BlowKissingByeGo AwayCall MeOn the PhoneSecretMeetingWavingStopTime OutTalk to the HandLoserLyingDOH!Fingers CrossedWaitingSuspenseTremblePrayWorshipStarvingEatVictoryCurseAlienAngelClownCowboyCyclopsDevilDoctorFemale FighterMale FighterMohawkMusicNerdPartyPirateSkywalkerSnowmanSoldierVampireZombie KillerGhostSkeletonBunnyCatCat 2ChickChickenChicken 2CowCow 2DogDog 2DuckGoatHippoKoalaLionMonkeyMonkey 2MousePandaPigPig 2SheepSheep 2ReindeerSnailTigerTurtleBeerDrinkLiquorCoffeeCakePizzaWatermelonBowlPlateCanFemaleMaleHeartBroken HeartRoseDead RosePeaceYin YangUS FlagMoonStarSunCloudyRainThunderUmbrellaRainbowMusic NoteAirplaneCarIslandAnnouncebrbMailCellPhoneCameraFilmTVClockLampSearchCoinsComputerConsolePresentSoccerCloverPumpkinBombHammerKnifeHandcuffsPillPoopCigarette

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.