Marsault, bréviaire de la haine.


Édit : suite à l’annulation de l’exposition qui devait présenter ses dessins et aux multiples polémiques qui l’entourent, le dessinateur (vaillamment défendu le Figaro et Valeurs) a décidé de purger sa page Facebook. Cela a pour conséquence de casser les nombreux liens hypertextes de ce billet. Je laisse le soin aux curieuses et de curieux d’effectuer quelques recherches pour retrouver ses illustrations pleines de bons sentiments.

Il se veut apolitique, jetant l’anathème aussi bien sur la gauche que sur la droite. Marsault est ce self-made man de la bande dessinée, aussi séditieux qu’il fut décrocheur, qu’il s’agisse de l’école ou de ses coups de crayons qui sont autant d’esquisses très adroites.

« Humour noir », dit-on. Sur le ring, c’est le coin bleu qui l’emporte par K.O. technique. Fdesouche, Égalité et Réconciliation… Force est de constater que ses dessins trouvent des yeux attentifs et des sourires sardoniques à l’extrême droite. Chaque case vilipende le progressisme avec virulence et sur Facebook, les propos de l’auteur tutoient sexisme, anti-féminisme, homophobie, grossophobie, racisme et, inter alia, apologie des violences conjugales et de la peine de mort. On eût certes pu mettre ces saillies sur le compte du « second degré » ou de la caricature, mais son « camp », le « patriotisme droitard », ne laisse que peu de doute sur le sens à donner à ses illustrations.

Sa dernière publication a vraisemblablement éclairci les esprits égarés qui doutaient encore de son inclination très droitière. Fidèle à lui-même, le jeune trublion de la BD s’est laissé aller à une funeste vaticination sur fond de guerre ethnique.

Son goût pour l’ordre, l’autoritarisme et les valeurs « traditionnelles » subodoraient pourtant clairement son affection pour les idées conservatrices. Sous couvert d’humour, il entretient des schémas oppressifs et surannés ; ses BD lui permettent subrepticement de se faire le laudateur du rejet et de la haine tout en vantant les vertus de la valeur travail et du mérite. À la lecture de Rawls, peut-être aurait-il compris que la notion du mérite est une image simpliste, profondément élusive ; que le talent est une contingence naturelle et que l’individu ne se façonne pas seul. Dès lors, le mérite devient bien abstrait : s’il n’est certes pas une chimère, mais ne doit pas être une valeur cardinale. Qui est cet individu pour déclamer d’un ton péremptoire que « les gros n’ont qu’à faire un régime » ? pour balayer d’un revers de main les revendications des femmes et des minorités ? A-t-on vraiment besoin de rire des personnes qui sont en marge pour ce qu’elles sont ? Enfin, qui sommes-nous pour leur demander de rire d’elles-mêmes ?

J’ai bâti ma carrière sur l’humour autodérisoire et je ne veux plus faire ça. Comprenez-vous ce que signifie l’autodévalorisation lorsqu’elle vient de quelqu’un qui existe déjà dans les marges ? Ce n’est pas de l’humilité, c’est de l’humiliation. Je me rabaisse pour parler, pour demander la permission de parler, et je ne le ferai plus, ni à moi-même ni à quiconque s’identifie à moi. Si cela signifie que ma carrière d’humoriste est terminée, qu’il en soit ainsi.
Hannah Gadsby (à voir sur Netflix)

Force est de constater que les éléments précités expliquent aisément son rejet des discours non-oppressifs (n’étant pas concerné, il tient à pouvoir déverser sa bile incoercible sur tout ce qui lui déplaît, à commencer par les personnes grosses, pour lesquelles il semble ressentir une haine viscéral — il les compare régulièrement à des porcins en proie à leurs besoins physiologiques) qu’il illustre par un recours systématique à la violence.
Lire Marsault, l’apprécier et le partager, c’est banaliser son discours de haine et pérenniser des clichés d’un temps que l’on voudrait révolu. Renoncer à l’humour oppressif n’est pas une régression.

(Plaisir personnel : il ne remarquerait pas que ce billet est en écriture inclusive.)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Click to Insert Smiley

SmileBig SmileGrinLaughFrownBig FrownCryNeutralWinkKissRazzChicCoolAngryReally AngryConfusedQuestionThinkingPainShockYesNoLOLSillyBeautyLashesCuteShyBlushKissedIn LoveDroolGiggleSnickerHeh!SmirkWiltWeepIDKStruggleSide FrownDazedHypnotizedSweatEek!Roll EyesSarcasmDisdainSmugMoney MouthFoot in MouthShut MouthQuietShameBeat UpMeanEvil GrinGrit TeethShoutPissed OffReally PissedMad RazzDrunken RazzSickYawnSleepyDanceClapJumpHandshakeHigh FiveHug LeftHug RightKiss BlowKissingByeGo AwayCall MeOn the PhoneSecretMeetingWavingStopTime OutTalk to the HandLoserLyingDOH!Fingers CrossedWaitingSuspenseTremblePrayWorshipStarvingEatVictoryCurseAlienAngelClownCowboyCyclopsDevilDoctorFemale FighterMale FighterMohawkMusicNerdPartyPirateSkywalkerSnowmanSoldierVampireZombie KillerGhostSkeletonBunnyCatCat 2ChickChickenChicken 2CowCow 2DogDog 2DuckGoatHippoKoalaLionMonkeyMonkey 2MousePandaPigPig 2SheepSheep 2ReindeerSnailTigerTurtleBeerDrinkLiquorCoffeeCakePizzaWatermelonBowlPlateCanFemaleMaleHeartBroken HeartRoseDead RosePeaceYin YangUS FlagMoonStarSunCloudyRainThunderUmbrellaRainbowMusic NoteAirplaneCarIslandAnnouncebrbMailCellPhoneCameraFilmTVClockLampSearchCoinsComputerConsolePresentSoccerCloverPumpkinBombHammerKnifeHandcuffsPillPoopCigarette

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.