Archives du jour : 16 octobre 2016


Lettre à Natroll, 16 ans.

Mon cher Natroll,

Tu seras peut-être stupéfait en lisant ces quelques mots et tu te demanderas qui est ce curieux « Natroll ». Tu as 16 ans, et tu ne t’approprieras ce pseudonyme que d’ici deux ans, lorsque tu daigneras enfin t’inscrire sur Facebook, légère soumission à ce conformisme que tu abhorres tant. Tu auras néanmoins l’éclatante idée de te jouer des lettres et des mots en adoptant ce nom et il te suivra bien plus que tu ne l’oseras l’imaginer.

En ce moment, tu dois probablement passer tes journées à te rendre au lycée sans réel entrain mais dans la droite lignée de l’année 2006 : tu passes davantage de temps à jouer les fauteurs de trouble qu’à travailler. Cela te réservera de bien désagréables surprises, tiens-le toi pour dit ! D’ailleurs, il est déjà trop tard pour inverser la tendance. Par chance, tu as toujours été cet esprit libre qui aime apprendre seul et c’est ce qui te sauvera du naufrage. Ne cesse jamais de nourrir cet impérieux besoin de connaissances.

N’aie crainte, tu auras ton bac (avec mention bien). Une gageure, car tu étais probablement le seul à croire en tes chances de ramener une mention : tricher et sécher les cours, cela ne jouait pas vraiment en ta faveur, pas plus que passer les épreuves mains dans les poches avec cette désinvolture qui t’est si caractéristique. Elle te jouera des tours, au point que ta fierté mal placée en prendra un coup. Rappelle-toi seulement que rien n’arrive jamais par hasard.
C’est à ce moment que les choses se gâteront pour toi : tes études s’arrêteront et le choix que tu feras s’imposera à toi. Mais sache que si rien ne te prédestinait à tout ça, tu ne regretteras ce « choix par défaut » pour rien au monde. On dit que l’éclaircie vient après la pluie : tu passeras de belles années qui contribueront à construire la personne que tu deviendras.
Quand je te disais que rien n’arrive jamais par hasard, tu exerceras cette profession que tu veux tant exercer : tu aimeras ce métier tout en ayant l’intime conviction que tu ne l’exerceras pas tout au long de ta vie. Contente-toi seulement de continuer à coucher des mots sur ton clavier : ne t’arrête jamais. Jamais. Tu te dis souvent que « Quand on veut très fort quelque chose, on finit toujours par y arriver » et, au risque de briser le continuum espace-temps, je ne peux que t’exhorter à ne jamais t’arrêter. Nourris toutes tes passions, aussi folles qu’elles puissent paraître : mieux vaut porter le deuil de ses échecs que nourrir le regret de ses velléités.

Tu continueras à bloguer, mais tu changeras progressivement de « ligne éditoriale ». Tu changeras ta vision des choses sur bien des sujets, qu’ils soient philosophiques, politiques ou éthiques : tu feras des choix et écriras des mots qui te surprendront et tu ne cesseras de t’écrier : « Si on m’avait dit un jour que… »
Tu n’as peut-être pas encore lu Gide, mais tu retiendras cette phrase : « Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent. » Je ne peux que te conseiller de te la remémorer plus souvent, cela t’évitera de dire bien des sottises.

2016 sera une belle année pour toi. À la veille de tes 26 ans, tu te lamenteras du temps qui passe. Tout n’est pas parfait et rien ne le sera jamais : il te restera encore bien des projets à mener et bien des choses à apprendre sur toi-même. Tu n’éviteras ni le doute ni certains échecs, mais je sais que tu sauras en tirer les enseignements qui te permettront de continuer à avancer.
« Tu dois devenir l’ homme que tu es. Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même. » Friedrich Nietzsche

Individuellement tien,
Ton vieux Natroll.

P.-S. : Tu te découvriras un amour irraisonné pour la liberté (qui s’est finalement toujours exprimé à travers ton esprit vagabond, conviens-en), au point que tu te reverras comme tu es aujourd’hui lorsque tu retourneras t’installer chez tes parents. Cela ne durera pas trop longtemps. Je voudrais seulement te dire qu’en ce soir du 18 octobre 2015 où tu déménageras, si tu pouvais prendre ta douche chez toi plutôt que chez eux, cela t’éviterait un fâcheux accident de voiture…