Changer ? Mais vous n’y pensez pas !


Le changement. Un certain Président nous disait il y a quelque temps que « Le changement, c’est maintenant ! ». Il n’y a pas de notion de progrès, c’est une modification qui peut aussi bien être positive que négative, mais tous s’accordent à dire qu’« il faut que ça change » : derrière le voile diaphane d’une expression trop souvent prononcée on y voit les velléités d’un désir de progrès.

Devant la machine à café, sur la terrasse d’un vieux bistrot, devant leur poste de télévision : le changement est sur toutes les lèvres. Les réseaux sociaux sont la nouvelle agora d’une plèbe qui exhorte au changement : les kyrielles de points d’exclamation sont autant de cris qui trouvent un écho dans cette exagération typographique, les vidéos publiées à brûle-pourpoint sont autant de réactions à chaud qui reflètent l’oppression permanente du temps. On n’a pas le temps, on n’a plus le temps : il y a eu substitution de l’émotion à la raison.
La télévision tient la bride, encore aujourd’hui : jeudi soir on s’offusquera de la société de consommation ; dimanche soir on sera content, il y aura du foot.
Parlons-en des footballeurs. Leurs salaires sont indécents. Faut qu’ça change. Tant pis si quelques millions de béotiens révoltés par l’opulence de leurs héros financent leur rémunération en se collant devant leur TV ou en fréquentant les stades. Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.


Comment qu’on change ?
Pour changer, on compte sur des bulletins de vote : plus personne n’y croit mais l’illusion persiste ; les masses votent pour les mêmes parasites depuis plusieurs décennies avec ce réalisme propre au consentement à la servitude volontaire : « On vote pour le moins pire ». La carte d’électeur est souvent le bras armé d’une masse homogène qui espère pouvoir dicter la conduite que doit tenir le voisin. Tacitement, on consent à ce que le politique nous considère comme suffisamment responsables pour lui délivrer un mandat électoral mais bien trop irresponsables pour mener notre vie comme nous l’entendons.

On veut que les autres réalisent le changement : on se résigne à en être acteur.« C’est pas normal », « C’est honteux », « Faut qu’ça change », « Qu’est-ce qu’on attend » sont les homélies du monde libre. Les échos de ces vociférations se heurtent à l’inertie maladive de leurs chantres : ils se complaisent à se faire valoir thuriféraires de l’impérieuse nécessité de changement pour en retirer la déférence de leurs semblables ; dans une société où le regard que l’on porte sur le genre humain est biaisé par le prisme normatif du paraître, il n’y a aucune nécessité d’être acteur du changement, il suffit de l’invoquer. Le tohu-bohu numérique est une foire aux soliloques liturgiques où ne résonnent que des vanités qui s’entrechoquent.

La résignation est le premier des maux qui étreint tout changement : « C’est comme ça », « On va changer quoi ? », « C’est pas moi tout seul qui vais… ». Cette résignation n’est en réalité qu’une excuse fallacieuse destinée à entretenir l’inertie : c’est un mensonge rassurant, une autosuggestion qui pérennise l’individu dans une situation stoïcienne — supporte et abstiens-toi.
Alors l’humain s’insurge aux heures de grande écoute. Il crie, il tape du poing (pour mieux se convaincre) avant de reprendre ses indolentes habitudes : le changement a cela de contraignant qu’il implique une forme de renoncement ; il enjoint à penser autrement, à consommer autrement, à changer de paradigme. Les masses asservies préfèrent néanmoins écouter (en toute connaissance de cause) un mensonge qui rassure plutôt qu’une vérité qui dérange. « La vie est trop courte », attendons donc que le changement arrive de lui-même plutôt que de le provoquer. On sait comment finit le célèbre ouvrage de Samuel Beckett…

Il est très coquet de mettre des smileys qui pleurent ou des smileys en colère sur les réseaux sociaux du moment, mais la mise en scène ne sied guère à la tristesse. On oublie trop souvent que ce disait Ludwig von Mises :

« Les vrais patrons dans le système capitaliste d’économie de marché sont les consommateurs. Ils décident, par leurs achats et leurs abstentions d’achat qui doit détenir le capital faire et tourner les usines. Ils déterminent ce qui doit être produit et en quelles quantité et qualité. De leurs attitudes résultent le profit ou la perte de l’entrepreneur. Ils rendent de pauvres hommes riches et de riches hommes pauvres. Ce ne sont pas des patrons faciles. »

Créer le changement, c’est déjà changer soi-même : les petits ruisseaux font les grandes rivières. Cela demande des ajustements, parfois des sacrifices. Le grand mal de notre temps c’est de vouloir changer sans rien changer. C’est vouloir voir le monde tourner autrement sans renoncer à notre petit confort, ou presque : « Une fois de temps en temps ».

Nos actes et nos actes manqués sont souvent des accords tacites qui réprouvent le changement que certains réclament pourtant si ardemment.


« La disparition du sens de la responsabilité individuelle est de très loin la conséquence la plus grave de la soumission à l’autorité. »
Stanley Milgram

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Click to Insert Smiley

SmileBig SmileGrinLaughFrownBig FrownCryNeutralWinkKissRazzChicCoolAngryReally AngryConfusedQuestionThinkingPainShockYesNoLOLSillyBeautyLashesCuteShyBlushKissedIn LoveDroolGiggleSnickerHeh!SmirkWiltWeepIDKStruggleSide FrownDazedHypnotizedSweatEek!Roll EyesSarcasmDisdainSmugMoney MouthFoot in MouthShut MouthQuietShameBeat UpMeanEvil GrinGrit TeethShoutPissed OffReally PissedMad RazzDrunken RazzSickYawnSleepyDanceClapJumpHandshakeHigh FiveHug LeftHug RightKiss BlowKissingByeGo AwayCall MeOn the PhoneSecretMeetingWavingStopTime OutTalk to the HandLoserLyingDOH!Fingers CrossedWaitingSuspenseTremblePrayWorshipStarvingEatVictoryCurseAlienAngelClownCowboyCyclopsDevilDoctorFemale FighterMale FighterMohawkMusicNerdPartyPirateSkywalkerSnowmanSoldierVampireZombie KillerGhostSkeletonBunnyCatCat 2ChickChickenChicken 2CowCow 2DogDog 2DuckGoatHippoKoalaLionMonkeyMonkey 2MousePandaPigPig 2SheepSheep 2ReindeerSnailTigerTurtleBeerDrinkLiquorCoffeeCakePizzaWatermelonBowlPlateCanFemaleMaleHeartBroken HeartRoseDead RosePeaceYin YangUS FlagMoonStarSunCloudyRainThunderUmbrellaRainbowMusic NoteAirplaneCarIslandAnnouncebrbMailCellPhoneCameraFilmTVClockLampSearchCoinsComputerConsolePresentSoccerCloverPumpkinBombHammerKnifeHandcuffsPillPoopCigarette