De la presse footballistique. 2


Zlatan

Raillerie, raillerie, criera-t-on à tout va ! À l’heure où la France vibre parce que vingt-deux paltoquets nantis s’apprêtent à se lancer dans une joute chimérique qui n’aura d’influence que sur leurs égos surdimensionnés et leur fortune personnelle, prenons donc le temps (et le plaisir !) de jeter un regard sur la presse spécialisée qui officie dans cet univers où la raison et le bon sens n’ont pas leur place.

À vagabonder allègrement entre les magazines, passant de la politique à l’économie et de l’économie aux lettres, c’est non sans un sourire sardonique que je me suis un jour approché de la presse footballistique, convaincu de trouver là une vacuité à la hauteur de mes espérances, et pour tout vous dire, en tout point conforme aux stéréotypes qui sévissent et dont je me gausse régulièrement.

Art de l’image, de l’instantanéité, mais désarroi littéraire corroborant avec le profil type de l’amateur de ballon rond (n’en déplaise à Bernard Pivot…) à savoir : un vocabulaire limité et une prédisposition à l’inactivité cérébrale. La presse footballistique n’est autre qu’une galerie photos destinée à émoustiller les supporters aux esprits inféconds.
En outre, on y trouve les remarques éclairées fruits de « débats houleux » entre « experts » du milieu. Il n’y a bien que ces gougnafiers qui n’ont qu’un neurone de plus qu’une poule (celui qui leur sert à ne pas déféquer partout — cher collègue si tu me lis…) pour débattre sur quelques mots prononcés par des troubadours dont l’indigence sémantique n’est pourtant plus à démontrer.
Une indigence sémantique à son acmé lorsque l’on assiste, impuissants, à la popularisation de cet ignoble néologisme (issu d’un prénom) qui n’a pas lieu d’être tant notre langue est riche (mais encore eût-il fallu qu’ils la maniassent savamment !).

FF
Un frontispice qui en dit long. Des photos, et peu de textes. La lecture n’est pas leur fort.

De nombreuses pages (toutes ?) sont destinées à être placardées sur les murs en vue d’un endoctrinement infantile. Futures chairs à ballon décérébrées mais grassement payées (ou au contraire futures composantes de la plèbe), offrant joie, bonheur et allégresse aux masses laborieuses pour qui ce sport est un opiacé palliant la morosité ambiante.

Qu’ils lisent France Football, Onze Mondial ou l’Équipe, l’insanité est la même, le mal est consubstantiel : je vois là des gens qui préfèrent tergiverser sur les dernières pérégrinations du troubadour suédois qui fait frémir les foules, je vois là des masses inconscientes qui se livrent corps et âme pour défendre « leur équipe » comme si la face du monde allait changer, je vois là des citoyens qui n’en sont plus.
Ils demandent des « analyses » (qu’y a-t-il à analyser dans les tribulations de vingt-deux paires de jambes chassant un ballon ?), ils plébiscitent des « reportages », ils réclament du sport… du football.

Alors on leur donne du football à lire dans un format papier avec un vocabulaire aguicheur faussement intellectualisé, parce qu’on ne badine pas avec le football. On érige ce divertissement en pseudo-science : on pronostique, on fabule, on bluffe, on analyse !
À défaut de ne pouvoir être sérieux sur les sujets de société (le prêt-à-penser est là pour ça), on tape du poing sur la table pour imposer sa vision du jeu, on défend son poulain, on refait le match et on commente le mercato. Dans une France où l’on aime pas les riches, ces vedettes millionnaires sont élevées au rang des demi-Dieux par la majorité des SMICards du pays.

Qu’importe les polémiques, qu’importe les provocations, qu’importe leurs penchants pour la luxure et leur richesse tapageuse, il suffira d’un bon mot dans Téléfoot ou d’une critique élogieuse (mais surtout très imagée) dans les magazines pour réhabiliter leur image.
Marquez des buts, faites-nous rêver.

Pour finir tout en restant dans le monde journalistique, je rappelle à votre bon souvenir la maxime d’un célèbre journal qui n’est autre qu’une citation de Beaumarchais : « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. »


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Click to Insert Smiley

SmileBig SmileGrinLaughFrownBig FrownCryNeutralWinkKissRazzChicCoolAngryReally AngryConfusedQuestionThinkingPainShockYesNoLOLSillyBeautyLashesCuteShyBlushKissedIn LoveDroolGiggleSnickerHeh!SmirkWiltWeepIDKStruggleSide FrownDazedHypnotizedSweatEek!Roll EyesSarcasmDisdainSmugMoney MouthFoot in MouthShut MouthQuietShameBeat UpMeanEvil GrinGrit TeethShoutPissed OffReally PissedMad RazzDrunken RazzSickYawnSleepyDanceClapJumpHandshakeHigh FiveHug LeftHug RightKiss BlowKissingByeGo AwayCall MeOn the PhoneSecretMeetingWavingStopTime OutTalk to the HandLoserLyingDOH!Fingers CrossedWaitingSuspenseTremblePrayWorshipStarvingEatVictoryCurseAlienAngelClownCowboyCyclopsDevilDoctorFemale FighterMale FighterMohawkMusicNerdPartyPirateSkywalkerSnowmanSoldierVampireZombie KillerGhostSkeletonBunnyCatCat 2ChickChickenChicken 2CowCow 2DogDog 2DuckGoatHippoKoalaLionMonkeyMonkey 2MousePandaPigPig 2SheepSheep 2ReindeerSnailTigerTurtleBeerDrinkLiquorCoffeeCakePizzaWatermelonBowlPlateCanFemaleMaleHeartBroken HeartRoseDead RosePeaceYin YangUS FlagMoonStarSunCloudyRainThunderUmbrellaRainbowMusic NoteAirplaneCarIslandAnnouncebrbMailCellPhoneCameraFilmTVClockLampSearchCoinsComputerConsolePresentSoccerCloverPumpkinBombHammerKnifeHandcuffsPillPoopCigarette

2 commentaires sur “De la presse footballistique.